Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
MANICOMIO
Photographs by : RAYMOND DEPARDON
Illnesses
STEIDL
2014


" En 1977 , j'ai rencontré Franco Basaglia , directeur du manicomio ( asile d'aliénés ) à l'hôpital de Trieste , qui était également le chef d'un mouvement psychiatrique alternatif. Profitant de la situation politique chaotique de Italie de l'époque, il a commencé à fermer plusieurs hôpitaux psychiatriques avec un groupe de médecins, et grace à la «loi 180 » adoptée en 1978, qui a entraîné la fermeture définitive des asiles. Franco m'a encouragé à prendre des photographies de cette réalité, « Sinon, ils ne nous croiront pas, me dit-il .
Avec plus d'une centaine de milliers de personnes internées dans les asiles psychiatriques de toute l'Italie, la situation est en effet dramatique. Il m'a aussi présenté aux administrateurs d'autres asiles à Venise, Naples, Turin et Arezzo .
Pendant quatre ans, jusqu'à la fermeture de l'hôpital sur l'île de San Clemente très proche de Venise, j'ai photographié ces lieux de douleur pour les conserver en mémoire et rendre hommage à Franco Basaglia - qui est décédé d'une maladie soudaine en 1980. Mon film sur San Clemente est sorti en 1982 , mais c'est seulement maintenant trente ans plus tard - après une longue pause - que j'ai enfin édité et conçu le travail photographique qui a commencé il ya toutes ces années "

Raymond Depardon


 

 

"In 1977, I met Franco Basaglia, director of the manicomio (lunatic asylum) at the hospital in Triest, who was also the leader of an alternative psychiatric movement. Taking advantage of the chaotic political situation in Italy at the time, he started to close several psychiatric hospitals with a group of doctors, and had ‘Law 180’ passed in 1978, which resulted in the definitive closure of the asylums. Franco encouraged me to take photographs of this reality, ‘If not, they will not believe us,’ he told me.
With more than a hundred thousand people interned in psychiatric asylums all over Italy, the situation was indeed dramatic. He also introduced me to directors of other asylums in Venice, Naples, Arezzo and Turin.
For four years, until the closure of the hospital on the island of San Clemente very close to Venice, I photographed these places of pain to preserve them in memory and to pay tribute to Franco Basaglia – who died from a sudden illness in 1980. My film about San Clemente came out in 1982, but it’s only now thirty years later – after a long pause – that I have finally edited and designed the photographic work that was begun all those years ago.”

Raymond Depardon