Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
IMPERIAL COURTS 1993 - 2015
Photographs by : DANA LIXENBERG
Society
ROMA PUBLICATIONS
2015


Imperial Courts est un document fascinant sur des vies trop souvent ignorées. En 1993, la photographe hollandaise Dana Lixenberg a commencé à photographier les habitants, principalement noirs et latinos, du projet d'habitation au nom royal Imperial Courts, à Watts, Los Angeles, en utilisant un appareil photo de quatre par cinq. Pendant deux décennies, elle est revenue régulièrement dans le quartier pour les prendre en photo, ainsi que leurs voisins, frères et sœurs, enfants et petits-enfants. Ses portraits en noir et blanc, imprimés sur un quadratone lumineux prennent une force émouvante du fait de leur agencement : une petite fille photographiée pour la première fois en 1993 est montrée à côté de sa sœur du même âge, vingt ans après ; certaines personnes sont décédées, leur date de décès est notée respectueusement et leurs portraits sont placés à côté des images de leurs proches survivants. (Un index des photographies, inclus au dos, sert d'arbre généalogique.) Yannick Bouillis compare le travail de Lixenberg aux photographies de Sud-Africains prises par David Goldblatt pendant l’apartheid et met en avant la « douceur » du livre broché, qui inclut un écran, imprimé sur du papier noir, parfait pour les photographies empathiques à l'intérieur.


Imperial Courts is a compelling document of lives too often ignored. In 1993, Dutch photographer Dana Lixenberg began photographing the mostly Black and Latino residents of the regally named Imperial Courts housing project, in Watts, Los Angeles, using a four-by-five camera. Over the course of two decades, she continuously returned to the neighborhood, capturing her original subjects as well as their neighbors, siblings, children, and grandchildren. Her black and white portraits, printed in luminous quadratone, gain heart-wrenching power through their sequencing: a little girl first photographed in 1993 is shown next to her daughter at the same age, twenty years later; some people have died, their death dates respectfully noted and their portraits placed next to images of their surviving next of kin. (An index of the photographs, included at the back, serves as a family tree.) Yannick Bouillis compares Lixenberg’s work to David Goldblatt’s apartheid-era photographs of black South Africans, and praises the “gentleness” of the softcover, which features an image screen-printed on black paper — a perfect fit for the empathic photographs inside.