Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
CONDOR
le plan secret des dictatures sud-américaines

Photographs by : João PINA
Politics
Editions du SOUS-SOL
2016


Ce livre épais est un hommage aux victimes de l’opération Condor, un plan militaire secret institué, en 1975, par six pays latino-américains (Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Paraguay et Uruguay) gouvernés par des dictatures militaires d’extrême droite pour éliminer toute opposition politique. Révélée, en 1979, par le Washington Post, cette opération a, pendant dix ans, causé la mort de dizaines de milliers de personnes. Durant presque une décennie, João Pina a fait un travail titanesque de mémoire, voyagé en Amérique du Sud pour rencontrer des victimes ainsi que leurs proches et leur donner une voix, pour documenter ce qui est resté de l’époque de l’opération Condor.
Les États-Unis ont joué un rôle important dans l’opération. Des militaires de toute la région venaient s’entraîner, à la contre-guérilla, à l’École des Amériques au Panama, encadrés par des conseillers américains. Des nazis, venus chercher refuge en Amérique du sud, sont devenus consultants des régimes militaires et formateurs aux techniques de torture et de renseignement. De façon moins notoire, des militaires français, ayant participé à la guerre d’Algérie, se sont rendus en Argentine pour transmettre leur expérience de la torture, des exécutions sommaires (qu’ils nommaient alors « corvée de bois ») et de la disparition des corps précipités à la mer depuis des avions et hélicoptères.
Pour João Pina, qui décrit sa démarche en conclusion du livre, photographier l’absence, le vide laissé par des femmes, des hommes, enlevés par des militaires, torturés, drogués et largués d’un avion dans l’océan Atlantique ou le Río de la Plata, signifie avant tout redonner une identité et un visage aux victimes. Les premières pages du livre donnent à voir des fac-similés de documents retrouvés au Paraguay par des militants des droits de l’Homme. « En bons bureaucrates, les policiers politiques du régime d’Alfredo Stroessner (1954-1989) archivaient tout avec soin. C’est ainsi que trois tonnes de documents ont été trouvées. » [João Pina]. Un texte du journaliste américain Jon Lee Anderson retrace l’histoire de l’opération Condor. L’ancien magistrat instructeur Baltasar Garzón Real – qui s’est fait connaître au niveau international en lançant un mandat d’arrêt contre l’ex-dictateur chilien Augusto Pinochet et par ses enquêtes sur des affaires de terrorisme, de corruption et sur des crimes commis en Argentine et au Chili par les dictatures – donne une contribution sur le droit des victimes. Une page sur papier calque trace le contexte de chacun des témoignages et un petit cahier noir inséré dans le livre donne la légende détaillée de chacune des images.
Né à Lisbonne, en 1980, João Pina travaille en tant que photographe depuis l’âge de 18 ans. Il a consacré ces dix dernières années à l’Amérique latine et son travail a été publié dans le New Yorker, Time Magazine, Newsweek, Globo, El País. Son premier livre Pour ta libre pensée (2007) raconte l’histoire de 25 anciens prisonniers politiques de la dictature portugaise. Des récits qui le touchent personnellement. Membre d’une famille très politisée, il puise son inspiration dans son histoire personnelle. « Mes grands-parents étaient prisonniers politiques. Mon grand-père a passé dix-neuf ans en prison et ma grand-mère sept ans parce qu’ils étaient communistes. »
Irène Attinger

Irène Attinger est la responsable de la bibliothèque et de la librairie de la Maison Européenne de la Photographie, à Paris.


 

 
This hefty book is a tribute to the victims of Operation Condor, a secret military plan established in 1975 by six Latin American countries (Argentina, Bolivia, Brazil, Chile, Paraguay, and Uruguay) governed by extreme right military dictators in order to eliminate all political opposition. Revealed in 1979 by the Washington Post, this operation was the cause of tens of thousands of deaths over ten years. Over the course of almost a decade, João Pina  worked in depth on memory, traveling to South America to meet some of the victims as well as their loved ones  to give them a voice to document what is left of the era of Operation Condor.
The United States played an important role in the operation. Military from the entire region went to be trained, in a counterinsurgent manner, at the School of Americas in Panama, supervised by American advisors. Nazis, coming to find refuge in South America, became consultants of military regimes and trainers of torture and espionage techniques. Less notoriously, French military, having participated in the Algerian War, went to Argentina to pass on their torture experience, summary execution (which they named “corvée de bois” [“firewood duty”] and their experience  in making bodies  disappear  at sea from planes and helicopters.
For João Pina, who describes his approach at the end of the book, photographing the absence, the emptiness left by the women and men abducted by the military, tortured, drugged, and dropped from a plane into the Atlantic Ocean or the Río de la Plata means, above all else, giving back an identify and a face to the victims.   The first pages of the book illustrate facsimiles of documents found in Paraguay by human rights militants. “Like good bureaucrats, political officers of the regime of Alfredo Stroessner (1954-1989) archived everything very carefully. That’s how three tons of documents were found.” [João Pina]. A journalistic text by American journalist Jon Lee Anderson retraces the history of Operation Condor. The former examining magistrate Baltasar Garzón Real (who made himself known on an international level by issuing an arrest warrant for the Chilean ex-dictator Augusto Pinochet and by his investigations on terrorism, corruption, and crimes committed in Argentina and Chile by dictatorships) contributes a section on victims rights. A page on tracing paper tracks the context of each of the testimonies, and a small black notebook inside the book gives a detailed caption of each of the photos.
Born in Lisbon in 1980, João Pina has been working as a photographer since he was eighteen. He dedicated these last ten years to Latin America, and his work has been published in the New Yorker, Time Magazine, Newsweek, Globo, and El País. His first book “For Your Free Thought” (2007) tells the story of twenty-five former political prisoners from the Portuguese dictatorship. The accounts touch him personally. A member of a very political family, he draws inspiration from his personal story. “My grandparents were political prisoners. My grandfather spent nineteen years in prison and my grandmother seven years because they were communists.”
Irène Attinger

Irène Attinger is in charge of the library and bookstore of the Maison Européenne de la Photographie, in Paris.