Sophot.com
Sophot.com Fotógrafos Proyectos Libros y exposiciones Educación Galerías
 
SARAJEVO dans le coeur de PARIS
Fotografías de: Milomir KOVACEVIC
Minorías
QUPÉ - créé par H. ZEC, F. BARRAU et F. FAZZI
2008


Avant-propos de Milomir Kovacevic :

Installé à Paris depuis douze ans, je me suis toujours efforcé dans mon travail photographique, de donner une autre image de Sarajevo, la ville où j’ai passé plus de trente ans de mon existence et dont j’ai été, pendant de nombreuses années, le chroniqueur visuel. La série de photographies que je présente aujourd’hui s’inscrit dans la continuité de cet effort.

Le projet « Sarajevo dans le cœur de Paris » a longtemps mûri en moi. Dès le début, je savais qu’il ne pouvait pas être réalisé sans la participation de celles et de ceux qui ont vécu dans cette ville de longues années durant et qui se trouvent aujourd’hui à Paris, certains par choix, d’autres par hasard.
A partir de là, l’idée de photographier l’objet que chacun de ces anciens habitants de Sarajevo porte dans son cœur s’est presque imposée d’elle-même.

Qu’y a-t-il de plus intime, de plus cher pour un être humain qu’un objet dont il a hérité ou qu’il a acquis et qui lui rappelle son passé, la ville où il a grandi, sa famille, un moment inoubliable de son existence ?

Moulin à café, version ottomane ou austro-hongroise, chaussures d’enfant, premier jouet en bois, boîte à bijoux héritée de la grand-mère, photos de famille, mallette, petit coussin, plaque d’immatriculation, gants, pipe, livre d’or scolaire, porte-clés fétiche figurent parmi les objets photographiés.

L’enthousiasme de tous les gens que j’ai contactés m’avait conforté davantage encore dans l’idée de réaliser ce vaste projet qui a pour but de démontrer, à travers l’objet et l’histoire personnelle de chacun, toute la richesse de la petite ville moderne et multiethnique qu’était Sarajevo.

Je m’étais d’abord fixé un maximum de cinquante photos, qui seraient accompagnées d’un petit texte rédigé par chacun des participants. Mais très vite, je me suis rendu compte que l’histoire de Sarajevo ne saurait se réduire à ces quelques dizaines de photos. J’ai donc continué, et aujourd’hui plus de cent photos sont réalisées. Je poursuivrai ce projet tant qu’il y aura des gens qui auront des choses à dire et qui sauront, avec leur objet personnel, apporter leur pierre à cet édifice photographique que je souhaite voir grandir.

C’est également mon histoire, celle que je voudrais partager avec ceux qui n’ont pas eu la chance de connaître le Sarajevo d’avant la guerre. C’est une histoire intime, la mienne et celle de tous ceux qui ont pris la peine de m’accompagner dans cette volonté de faire changer le regard sur les habitants de Sarajevo.

 

 

 

 

 

 

 

The project "SARAJEVO in the heart of PARIS" has long nurtured in me. From the beginning, I knew it could not be achieved without the help of those who have lived in this city for many years and who are now in Paris, some by choice, others by chance.
From there, the idea of photographing the object that each of these former inhabitants of Sarajevo carry in his heart almost imposed itself.
What could be more intimate, more treasured for a human being that an object inherited or purchased by him that reminds him of his past, the city where he grew up, his family, a moment memorable of his life?
Grinding coffee (Ottoman or Austro-Hungarian model), shoes for children, the first wooden toy, jewelry box inherited from the grandmother, family photos, briefcase, small pillow, license plate, gloves, pipe, book Gold school, key chains are among the objects photographed.

 



El proyecto "SARAJEVO en el corazón de PARIS" maduró durante mucho tiempo en mis pensamientos. Desde el principio, supe que no podría lograrlo sin la ayuda de aquellos que vivieron en esa ciudad durante muchos años y que ahora residen en París, algunos por elección, otros por casualidad.
A partir de ahí, la idea de fotografiar “el objeto” que cada uno de estos antiguos habitantes de Sarajevo lleva consigo en su corazón, se impuso casi naturalmente.
¿Qué puede ser más íntimo, más valioso y más querido para un ser humano que un objeto heredado o adquirido, que le recuerde su pasado, la ciudad donde creció, su familia, o un momento memorable de su vida?
Un molino de café (otomano o modelo austro-húngaro), un pequeño par de calzados para niños, el primer juguete de madera, las joyas de la abuela, las fotos de familia, el maletín, la pequeña almohadita, la placa de matriculación, los guantes, la pipa, el libro de oro de la escuela y el llavero preferido, se encuentran entre otros tantos objetos fotografiados.