Sophot.com
Sophot.com Fotógrafos Proyectos Libros y exposiciones Educación Galerías
 
PIERCING IN THE DARKNESS
Fotografías de: SUZAN S. BANK
Sociedad
EXTON PA PUBLISHED
2016


Dans sa seconde monographie sur Cuba intitulée "Piercing the Darkness ", la photographe américaine Susan S. Bank présente une vision brute de l’ahurissante métropole tropicale en expansion, La Havane. Pendant près de onze ans, elle a fouillé cette ville portuaire illusoire de fond en comble, vivant avec les habaneros afin d’expérimenter les vicissitudes de leur quotidien.
Les soixante-dix-sept photographies en noir et blanc séquencées et éditées par la photographe, ainsi que des clichés vieillis, présentent des portraits du paysage humain avec des nuances d’espoir et de désespoir mêlant douceur et amertume.
A l’aide de son Leica M6, elle explique des moments qui se superposent et les présente comme une carte d’une culture dans l’incertitude. La Havane, une île dans une île, un œil dirigé sur le détroit de Floride, où la dure réalité du quotidien des habaneros glisse sans transition dans le surréalisme. Constamment en contradiction, demain reste une date incertaine.
John T. Hill, fondateur du programme de Master Photographie à l’université de Yale, collègue de Waker Evans, et producteur de plusieurs titres Evans dont Walker Evans Havana 1933, écrit dans son essai « Waiting For The Invisible » (Dans l’attente de l’invisible) : "Piercing the Darkness" est un joyau de poèmes Haiku, plein d’ambiguïtés profondes et magiques qui se focalisent sur les points communs qui définissent notre humanité".



 

 

In her second Cuba monograph, Piercing the Darkness, North American photographer, Susan S. Bank, presents an unvarnished view of the sprawling, maddening tropical metropolis of Havana and its inhabitants. Over a period of 11 years she combed this illusive port city, living in homes of habaneros in order to experience the vicissitudes of their daily lives.
Banks’ 77 black and white images, edited and sequenced by the photographer, by-pass worn out clichés, representing portraits of the human landscape with bittersweet shades of hope and despair.
With her Leica M6, she fleshes out multi-layered moments, presented as a street map of a culture in limbo. Havana, an island within an island, with one eye on the Florida Straits, the raw reality of daily life of habaneros slips seamlessly into the surreal. Consistently inconsistent, tomorrow is a date with uncertainty.
In his essay, Waiting for the Invisible, John T. Hill, founder of Yale University MFA program in photography, colleague of Walker Evans, has produced several Evans’ titles including Walker Evans Havana 1933, writes: "Piercing the Darkness is a ‘gem of Haiku verses, full of profound and magical ambiguities focusing on what is common to defining our humanity."