Sophot.com
Sophot.com Fotógrafos Proyectos Libros y exposiciones Educación Galerías
 

Antoine VINCENS de TAPOL

Dirección: 80 rue Doudeauville, 75018 PARIS - Francia
Teléfono: 06 22 14 20 45
E-mail: detapola@yahoo.com
Sitio web: www.antoine-de-tapol.com
 
Nacido(a) en: Francia, en: 1978
Formación: master 1 anthropologie urbaine. Master 2 écriture documentaire. EMI-CFD photojournalisme

 
 
Título: Je, tu, île
Tema: Juventud, Naturaleza
País: Francia
Lugar: GROIX
Fecha: 10/2014 - 10/2014
Número de fotografías: 29
Patrocinador: maison des jeunes de Groix
Ver 
 
Título: Tv et insalubrité
Tema: Vivienda, Precariedad
País: Francia
Lugar:
Fecha: 6/2011 - 6/2011
Número de fotografías: 12
Patrocinador: soutien de l'association Habinsert
Ver 
 

Céline et Jenny, au trou du diable
  Les aroumains  
 

Quel peuple peut se targer d'avoir pour nom Valaque, Koutsovalaque, Tsintsar, Tchoban, Macédouroumain, macédonien, Aroumain, Armani, Rramani ? Isolés pendant des siècles, on ignore encore aujourd'hui leur origine. Ils apparaissent pour la première fois dans des écrits en 976. Descendants de Rémus et Romulus pour certains, Hellènes romanisés pour les grecs, Illyriens romanisés pour les Roumains, Thraces latinisés pour les Albanais, ce peuple disséminé sans continuité territoriale à travers le sud des Balkans depuis des siècles, suscite à la fois l'ignorance, la convoitise et le mystère. Semi nomades pendant des siècles dans les montagnes hostiles, ils s'affranchissent du pouvoir assimilateur ottoman auquel ne peuvent résister ceux des plaines. Ils ne s'impliquent pas dans un quelconque pouvoir politique local, voyagent, transhument, ne revendiquent pas leur aroumanité en public, tout en prenant soin de s'adapter aux interlocuteurs que constituent l'occupant du moment. Le linguiste Nicolas Trifon va plus loin et dit "que les Aroumains n'ont survécu à l'histoire qu'à force de l'éviter, de la contourner, de rester à l'écart". C'est en évitant de construire une mythologie commune à des fins nationalistes que finalement les traditions aroumaines ont perduré de manière pérenne Au lendemain de la chute de l'empire Ottoman, en 1918, les Aroumains doivent faire un choix national contraint puisque les Balkans, région "transnationale" par excellence, s'avèraient être "leur patrie". Et l'assimilation fut alors la pratique à tenir au risque sinon de devenir les paria, confrontés à la trilogie développée par Hannah Arendt "Etat-peuple-territoire". Isolée au milieu de slaves, de grecs ou d'albanais, la langue latine aroumaine reste le point le plus distinctif qui les sépare (ou séparait) de leurs voisins. "Etre aroumain, c'est parler aroumain" disent-ils, cette langue est "la seule patrie qui nous reste". Les aroumanophones ne seraient plus que 250 000. La langue est donc en déclin, à tempérer cependant par le succès auprès des jeunes, des forums, des réseaux sociaux, du développement des associations en langue aroumaine. Seulement, privé d'un support institutionnel éducatif, culturel, politique, la langue aroumaine semble condamnée. Il y a quelque chose de sublime dans cette quête utopique de faire vivre une Nation sans Etat. Cependant le 20eme siècle s'empressa d'anéantir leur dessein tandis qu'ils continuèrent de voir leur conscience communautaire l'emporter sur la conscience étatique. Comment un peuple peut-il s'en émanciper ? On sait que le 19eme et le 20eme furent des siècles propices à la constitution de ces Etats Nations. On sait que le 21eme sera le siècle des états transnationaux : l'Europe politique finira par éclore, et l'économie libérale a depuis longtemps abolit les frontières physiques et culturelles. A défaut de revendiquer un Etat, un territoire, les Aroumains revendiquent leur statut de minorité ethnique qui acterait officiellement leur présence depuis 1000 ans tout en justifiant ce vieux proverbe : "Armânlu nu chiare" l'Aroumain ne périt pas.

 
  Les filles mères de Dublin  
 

Il n'est pas rare de croiser dans Dublin de jeunes mères, à peine sorties de l'adolescence et qui tiennent dans leurs bras un jeune nourrisson. Quels sont les enjeux sociaux, religieux, sociétaux qui conduisent ces jeunes filles à garder leur enfant ?On sait que l'avortement n'est pas légal en Irlande mais d'autres paradigmes entrent en jeu, lesquels ?