Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
LE PEUPLE DE LA VALLEE
photographies : Pierre DE VALLOMBREUSE
MUSEE DE L'HOMME
18.1.2018 au 1.7.2018



Cette exposition photographique unique fait découvrir de manière intime des personnages attachants et leur relation forte avec la nature majestueuse.

À travers ses clichés, Pierre de Vallombreuse montre aussi comment l'incursion du monde extérieur y est aujourd'hui vécue. Un témoignage qui symbolise en partie l’évolution de beaucoup de peuples autochtones aujourd'hui dans le monde…

Pierre de Vallombreuse a découvert la vallée des Palawan en 1987, il s'y est rendu à 17 reprises, vivant plus de trois ans et demi auprès d'eux. A la fin des années 1980, la vallée vivait repliée sur elle-même, en quasi autarcie. Dans les années 1990, la route fut percée le long de la côte, engendrant un fort afflux de migrants venus du reste de l'archipel philippin et bouleversant de fait l'environnement et le mode de vie des Palawan, communauté d'agriculteurs et chasseurs cueilleurs autrefois très isolée.


 

 
 Photo Précédente Photo suivante 
Publication du mois
MUSEE DE L'HOMME
17 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 PARIS - France
01 44 05 72 72
christel.bortoli@mnhn.fr
http://www.museedelhomme.fr
Ouvert Tous les jours de 10h à 18h (fermé le mardi)

This unique photographic exhibition offers an personal glance at endearing characters, and at the strong relationship they entertain with nature.

Through his photographs, Pierre de Vallombreuse points out how this people deal with the incursion of strangers on their territory. It is a testimony that partly symbolizes the evolution of many indigenous peoples of the world in the present day...

Pierre de Vallombreuse discovered the Palawan valley in 1987, visited it 17 times, and lived more than three years and a half with the people. In the late 1980's, the valley prospered on its own, almost in autarchy. In the 1990's, the road was pierced on the edge of the coast, thus creating a strong influx of migrants from the rest of the Filipino archipelago, and overwhelmed both the environment and the living habits of the Palawan, once a very isolated community of farmers and hunters.