Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
LA TERRE DES PAYSANS
photographies : Raymond DEPARDON / Magnum Photos
CHATEAU PALMER
11.9.2018 au 21.12.2018


Antoine Depardon à côté de son poêle dans le Rhône. Louis Brès sortant deux de ses bêtes en Lozère. Paul Argaud dans sa cuisine en Haute-Loire…
Dans le sillage des grands photographes américains de la vie rurale, Raymond Depardon donne à voir la France paysanne, dans sa vérité crue, simple, directe. Avec le plus grand respect, sans tricherie : le recours à la chambre photographique l’en préserve. Mais dans une démarche très personnelle, tel un jeu de déconstruction. Par son art du cadrage, le photographe « met le pays ‘au carreau’, le taille et le détaille, le reconstruit à sa guise en une vaste série de concordances et d’échos », analyse Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France, dans sa préface de « La France de Raymond Depardon » (Seuil, 2010). En fil rouge, une histoire commune de la ruralité française que soulignent des écrits signés du photographe, loin des situations personnelles de chacun des agriculteurs rencontrés.
Au Château Palmer, cette géographie unique s’affiche au fil de 38 photographies datant de 1960 à 2007 et de 4 textes. Autant de jeux d’écriture qui attestent de l’attachement profond de Raymond Depardon à « La Terre des Paysans ».
 
« Mes parents ont su avant moi que je ne reprendrais pas l’exploitation agricole, ils étaient dépassés par ma détermination et ma passion pour l’image. » À 16 ans, Raymond Depardon quitte la ferme familiale du Garet, près de Villefranche-sur-Saône, pour être photographe à Paris. Mais l’attache demeure. Près de 30 années de reportages à travers le monde, au sein des agences Dalmas, Gamma puis Magnum Photos, n’y changent rien. Le sentiment d’abandon de ses terres natales et, au-delà, des paysans français l’obsède. En 1984, une commande de la DATAR (Délégation Interministérielle de l’Aménagement du Territoire et de l’Attractivité Régionale) marque le début d’une aventure toute personnelle : photographier la France rurale. S’en suivent un livre « La Ferme du Garet » (Carré, 1995) et une trilogie de longs métrages « Profils Paysans » (de 2000 à 2008) et, enfin, un nouvel ouvrage « La Terre des Paysans » (Seuil, 2008) restituant ce long parcours. Depuis, la France, son territoire, ses habitants demeurent l’un des sujets de prédilection du photographe et cinéaste.

 

 
 Photo Précédente Photo suivante 
Publication du mois
CHATEAU PALMER
, 33460 MARGAUX - France
+33 5 57 88 72 72
chateau-palmer@chateau-palmer.com
www.chateau-palmer.com
Réservation par e-mail à chateau-palmer@chateau-palmer.com

Antoine Depardon beside his stove in the Rhone. Louis Brès taking out two of his animals in Lozère. Paul Argaud in his kitchen in Haute-Loire…In the trail of the great American photographers of rural life, Raymond Depardon gives to see peasant France, in its raw truth, simple, direct. With the greatest respect, without cheating: using a  large format camera. With a very personal approach, like a deconstruction game. Through his art of framing, the photographer “keep the country” in check, “carving it and explaining , rebuilding as he pleases in a vast series of concordances and echoes,” says Bruno Racine, president of the National Library of France, in his preface to “Raymond Depardon’s France” (Seuil, 2010). The underlying theme, a common history of French rurality that underscores writings signed by the photographer, far from the personal situations of each of the farmers he met.
At Château Palmer, this unique geography is displayed through 38 photographs dating from 1960 to 2007 and 4 texts. As many set of writing  that attest to Raymond Depardon’s deep attachment to “The Land of the Peasants”.

“My parents knew beforehand that I would not take over the farm, they were overwhelmed by my determination and passion for photography. ”
At age 16, Raymond Depardon leaves the family farm of Garet, near Villefranche-sur-Saône, to be a photographer in Paris. But the attachment remained.
Nearly 30 years of reportages around the world, with the photo agencies Dalmas, Gamma then Magnum, did not change anything. The feeling of abandonment of his native land and, beyond that, of the French peasants obsessed him.
In 1984, an assignment from DATAR (Interministerial Delegation for Territorial Planning and Regional Attractiveness) marks the beginning of a very personal adventure: photographing rural France. Followed by a book “La Ferme du Garet” (Carré, 1995) and a trilogy of feature films “Peasant Profiles” (from 2000 to 2008) and, finally, a new book “The Land of Peasants” (Seuil, 2008). Since then, France, its territory, its inhabitants remain one of the favorite subjects of the photographer and filmmaker.