Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
ALMOND GARDEN
photographies : Gabriela MAJ
Prisons
DAYLIGHT
2015


En quatre ans (2010-2014), la photographe polaco-canadienne Gabriela Maj a voyagé à travers l’Afghanistan pour rapporter des portraits et des images des prisons pour femmes du pays, y compris le plus célèbre des pénitenciers pour femmes, Badam Bagh, situé dans les environs de Kaboul. L’Almond Gardende Gabriela Maj (Daylight Books, Printemps 2015) est le plus vaste témoignage de la vie des femmes incarcérées en Afghanistan produit jusqu’à présent.

La majorité des prisonnières que Gabriela Maj décrit ont été incarcérées pour ce qui est connu en Afghanistan comme « crimes moraux », un terme qui décrit les façons dont une personne peut être accusée de « zina » ou relations sexuelles entre deux personnes qui ne sont pas mariées. Les crimes dont ces femmes ont été accusées incluent la fuite d’un mariage arrangé, le fait d’être vendue comme prostituée, l’esclavage domestique, la violence physique généralement exercée par leur mari et le viol, ainsi que la grossesse non désirée. Etre une femme photographe indépendante a permis à Gabriela d’avoir un accès extraordinaire à ses sujets, avec lesquelles elle a établi un rapport de confiance, rendant visite à de nombreuses reprises à beaucoup de femmes incarcérées que l'on retrouve dans le livre.

Maj écrit dans un essai présent dans son livre que, « comme femme photographe, seulement accompagnée par un interprète afghan, j'étais fréquemment laissée seule dans les prisons une fois les gardiens lassés de me surveiller... Mon impression était que, sans être accompagnée par aucun agent de sécurité, une femme, de surcroit une étrangère, n'était pas considérée comme une menace. » Elle continue, « être négligée de cette façon est devenue une stratégie qui finalement m'a montré le contexte dans lequel je travaillais, un contexte dans lequel les récits des femmes étaient considérés comme hors de propos par rapport à la dynamique de pouvoir qui contrôle le pays ».

Un autre avantage dont Maj a pu profiter fut son passeport polonais. Beaucoup de prisons afghanes et d'officiels du gouvernement qui ont tenté de lui refuser l'accès aux installations des prisons se sont ensuite montrés aimables lorsqu'ils ont appris son héritage est-européen, basé sur l'histoire partagée de l'oppression soviétique en l'Afghanistan et la Pologne.

Les femmes sont généralement photographiées seules ou avec leurs enfants incarcérés avec elles. Elles se présentent à face à l'appareil comme elles le veulent et elles adoptent différentes attitudes, aussi bien sereines que provocatrices. La composition en grand angle place chacune d'entre elles dans un environnement plus large encore qui donne des indices sur leur espace personnel ; des rideaux en lacets accrochés au coin d'une cellule, des photos de famille affichées au dessus du lit comme des posters dans une chambre d'adolescent, des tapis à motifs en polyester couvrant le sol, un bouquet de fausses fleurs en plastique sur une étagère poussiéreuse en bois.

Les couleurs claires des vêtements des femmes, les tissus colorés qui décorent leur cellule, l'absence de barreaux de prison, de gardiens, et d'autres éléments que l'on imagine et associe à la vie de prisonnier en occident, dément les conditions de vie difficiles et les souffrances endurées par ces détenues, pourtant, beaucoup d'entres elles entrent en prison traumatisées émotionnellement et physiquement et n'ont accès à aucun traitements dans les installations de la prison. Souvent rejetées par leur famille, les situations de ces femmes peuvent s'aggraver à leur sortie. Sans la protection de leurs parents qui les ont rejeté, elle sont souvent en réel danger d'être tuées ou torturées à moins d'être capables de trouver refuge dans un foyer de femmes.

Les portraits sans titre de Maj sont accompagnés par les témoignages des femmes qui décrivent les circonstances qui les ont conduit à leur incarcération. Maj présente cette section en déclarant que les noms des femmes ont été changés pour protéger leur vie privées et leur histoire ont délibérément été séparées de leur portrait. Chaque introduction montre de quoi la femme a été accusée, son âge (ou son âge estimé s'il est inconnu) et la durée de sa sentence. Séparer les portraits des témoignages permet d'établir des rapports entres les expériences de chaque individu du groupe sans que les femmes soient définies par leur crime pour lequel elles ont été emprisonnées.     


 

 

Over the course of four years (2010 - 2014), Polish Canadian photographer Gabriela Maj travelle.d throughout Afghanistan to collect portraits and stories  inside the country's women's prisons, including the most notorious penitentiary for women, Badam Bagh, located on the outskirts of Kabul. Maj's Almond Garden (Daylight Books, Spring 2015) is the largest record documenting the experiences of incarcerated women in Afghanistan produced to date.

The majority of the prisoners Maj documented were incarcerated for what are known in Afghanistan as "moral crimes," a term to describe the ways a person may be accused of "zina," or sex between two people who are not married. The offenses these women were accused of include running away from forced marriages, being sold into prostitution, domestic slavery, physical violence generally conducted by their husbands,  rape and involuntary pregnancy. Being an independent female photographer enabled Maj to gain extraordinary access to her subjects with whom she established  rapport and trust, visiting with many of the incarcerated women featured in the book over the course of multiple visits.

Maj writes in her essay in the book, "As a solitary female photographer, accompanied only by an Afghan interpreter, I was frequently left alone in the prisons once our guard escort tired of monitoring me... My sense was that unaccompanied by any security, a woman, albeit a foreign one, was not considered a threat." She continues that, "being overlooked in this way became a strategy that ultimately exposed the context within which I was working, one where women's narratives were considered irrelevant to the power dynamics that ran the country."

Another advantage Maj enjoyed was her Polish passport. Many Afghan prison and government officials intent on denying her access to prison facilities would express a kinship with her, after learning of her Eastern European heritage, based on Poland and Afghanistan's shared history of Soviet oppression.

Maj's subjects are generally photographed alone or with their children who are often incarcerated with them. They confront the camera in the manner of their choosing, directly and in a variety of stances ranging from serene to challenging. The wide angle compositions place each subject within a larger environment providing the viewer with hints of her personal space; tattered lace curtains hang in the corner of a cell, family photos are taped above a bed like posters in a teenager's bedroom, patterned polyester carpets cover the floor of another, and a bouquet of plastic flowers stands grey and dusty on a wooden shelving unit.

The bright colors of the women's clothing, the colorful fabrics that decorate their cells, and the absence of prison bars, guards, and other imagery we associate with prison life in the West, belie the difficult living conditions and suffering endured by these female inmates, many of who enter prison in traumatic emotional and physical states for which no psychological treatment is available within the facilities. Often times rejected by their families, these women's situations can become grave after they are released. Without the protection of their relatives that spurned them, they are often in very real danger of being killed or tortured unless they are able to seek refuge in a women's shelter. 

Maj's untitled portraits are followed by the stories of the women that describe the circumstances that resulted in their conviction and incarceration. Maj introduces this section with a statement that the women's names have been changed to protect their privacy and their stories have been deliberately separated from their portraits. Each entry leads with the offense that the woman is accused of, her age (or estimated age range if age is unknown) and the length of her sentence. Separating the portraits from the stories allows for a record of the experiences of this group of individuals to be made without any of woman being defined by the crime for which she is imprisoned.