Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
FUCK IT
photographies : Michele SIBILONI
Société
Edité par : Alex Majoli, Daria Birang, Michele Si
2016


Prostituées, filles de joie, vagabonds, idiots du village, rastas, souteneurs, expats bourrés, gens du coin bourrés, tout le monde bourré, gardes sous-payés, videurs surmenés, vieux de la vieille, orphelins, gamins des rues, mendiants, voyous, macs, vendeurs de sauterelles, toutes sortes de flics, travailleurs des ONG et exorcistes de ruelles.

Un blogueur des Peace Corps a décrit Kabalagala – le quartier délicieusement sordide des bars de Kampala – comme “Tijuana sous acide”.

Pendant près de trente ans, l’Ouganda s’est présenté avec succès à la communauté internationale comme un site progressiste pour l’aide et le développement humanitaires . En 1986, le pays est sorti d’une guerre civile de huit ans, à la suite d’une dictature de sept ans, après 70 ans d’exploitation par la domination coloniale . Il a été l’épicentre de la pandémie du sida, ce qu’on ne pourrait pas deviner étant donné la promiscuité scandaleuse de ses habitants.

La variété piquante et riche des images de ce livre suscitera une gamme de réactions: pitié, dégoût, incertitude, excitation – des réponses naturelles à ces belles horreurs. Les histoires que racontent ces vignettes obscènes sont à la fois une bande dessinée et une archive de l’éphémère, une symphonie africaine et une catastrophe du tiers-monde, un méchant tripotage et un rire coupable.

Voici le noir : les anges déchus de la débauche et du désespoir. Voilà l’avenir : l’effronterie de jeunes qui ont de l’argent à jeter par la fenêtre — toutes les fêtes autour de la piscine et les cheveux blonds oxygénés. Voici le passé : des askaris armés de flèches, des femmes chargées de paquets, la junte militaire en jeeps ouvertes. Voici la contradiction : une ville d’alcooliques puritains, de prostituées donnant de l’amour pour rien , de travailleurs humanitaires pervertis, un cul à développer. Voici la honte : un agent de sécurité pour un dollar par jour, une classe dirigeante corrompue qui fait passer des lois sur la moralité, un blanc qui a pissé dans son pantalon.
(David Cecil)

Michele Sibiloni est un photographe italien né à Parme en 1981. Il vit et travaille actuellement en Afrique de l’Est.

www.fuckit-book.com


 

 

Street-walkers, good-time girls, vagabonds, village fools, rastas, pimps, drunken expats, drunken locals, drunken everybody, underpaid guards, overworked bouncers, old-timers, orphans, urchins, beggars, hoodlums, hustlers, grasshopper vendors, all kinds of cops, NGO workers and back-alley exorcists.

Some Peace Corps blogger once described Kabalagala – Kampala’s most deliciously sleazy bar district – as "Tijuana on acid’".
Uganda has successfully presented itself to the international community as a responsible, progressive site for aid and development for nearly three decades now. In 1986 the country emerged from an 8-year civil war, following a 7-year dictatorship, following 70 years of exploitative colonial rule. It was the epicentre of the AIDS pandemic, though you wouldn’t guess that from the outrageous promiscuity of its urban dwellers.
 The rich, pungent variety of images in this book will elicit a range of reactions: pity, disgust, uncertainty, titillation – natural responses to such beautiful horrors. The stories told by these grimy vignettes are at once a cartoon strip and an archive of the ephemeral, an African symphony and a third-world catastrophe, a naughty grope and a guilty giggle.
 This is the noir: the fallen angels of debauchery and desperation. This is the future: brazen young things with money to burn – all poolside parties and  bleach-blonde hair. This is the past: askaris with arrows, women with burdens, military junta in open jeeps. This is contradiction: a city of Puritan alcoholics, prostitutes giving love for free, perverted aid workers, developing that arse. This is a disgrace: a security guard on $1/day, a corrupt ruling class passing laws on morality, a white man who’s pissed his pants. (David Cecil)

Michele Sibiloni is an Italian photographer born in Parma in 1981 that lives and works in East Africa.