Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
ARRIVEES
photographies : Richard MOSSE
Migrations
MACK
2017


A un moment où le monde est confronté à la crise des réfugiés et des migrations la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale, le livre Incoming par Richard Mosse, artiste irlandais gagnant du prix Deutsche Börse, traite de la situation humanitaire et politique majeure de notre époque : le déplacement de millions de personnes dû à la guerre, à la persécution et au changement climatique. Avec les textes lumineux de Mosse et du philosophe Giorgio Agamben, ce livre de 576 pages combine des plans fixes de la dernière œuvre vidéo de l’artiste réalisée en collaboration avec le compositeur électronique Ben Frost et le directeur de la photographie Trevor Tweeten – une extraordinaire installation multicanale accompagnée par une bande son viscérale. Moss a enregistré les voyages des réfugiés et des migrants à travers le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Europe à l’aide d’une nouvelle technologie de surveillance capable de détecter le corps humain à plus de trente kilomètres. Aveugle à la couleur de la peau, cette technologie enregistre uniquement les contours de la différence de chaleur relative au sein d’une scène donnée, et met ainsi l’accent sur la fragilité des corps qui luttent pour survivre dans des environnements hostiles.
Comme l’écrit Mosse dans son essai : « L’appareil photo apporte avec lui une certaine violence esthétique ; il déshumanise le sujet, dépeint les gens sous forme de monstrueux zombies, dépouille l’individu de son corps et décrit l’humain comme une simple trace biologique ». Faisant une allusion littérale et métaphorique à l’hypothermie, à la mortalité, aux épidémies, au réchauffement de la planète, au ciblage des armes, à la surveillance des frontières, à la xénophobie et la “vie nue” des apatrides, Mosse utilise un téléobjectif militaire pour tenter de révéler sa logique interne – pour voir comme le font les missiles. Suivant la séquence narrative du film, le livre présente aussi des images d’une bataille en cours à l’intérieur de la Syrie dans laquelle un avion américain mitraille des positions d’ISIS, des scènes montrant des réfugiés qui s’embarquent sur des embarcations de sauvetage au large de la Libye, d’autres rassemblés le long des rives de Turquie sous le couvert des ténèbres, ou qui entament un dangereux voyage à travers le désert du Sahara, ainsi que l’incendie d’un camp de réfugiés dans la jungle. À l’instar du film, le livre de l’artiste témoigne des événements mondiaux récents – médiatisés par la technologie des caméras d’armes – tout en éclairant les questions éthiques, technologiques, logistiques et esthétiques liées à la création de ce travail nouveau et important.

 

 
At a moment when the world is facing the world’s largest refugee and migration crisis since the Second World War, Incoming by Irish artist and Deutsche Börse Photography Prize winner Richard Mosse deals with the major humanitarian and political plight of our time, the displacement of millions due to war, persecution and climate change. With illuminating texts by Mosse and the philosopher Giorgio Agamben, the 576-page book combines  stills from the artist’s latest video work made in collaboration with electronic composer Ben Frost and cinematographer Trevor Tweeten – a haunting and searing multi-channel installation, accompanied by a visceral soundtrack. Journeys made by refugees and migrants across the Middle East, North Africa, and Europe are captured with a new weapons-grade surveillance technology that can detect the human body from 30km. Blind to skin color, this camera technology registers only the contours of relative heat difference within a given scene, foregrounding the fragile human body’s struggle for survival in hostile environments.
As Mosse writes in his essay: “the camera carries a certain aesthetic violence, dehumanizing the subject, portraying people in zombie form as monstrous, stripping the individual from the body and portraying a human as mere biological trace.” Alluding literally and metaphorically to hypothermia, mortality, epidemic, global warming, weapons targeting, border surveillance, xenophobia, and the ‘bare life’ of stateless people, Mosse’s use of a military telephoto camera serves as an attempt to reveal its internal logic – to see the way missiles see. Following the narrative sequence , the book presents still frames from footage of a live battle inside Syria in which a US aircraft strafes ISIS positions on the ground, to scenes showing refugees boarding rescue boats off the coast of Libya or gathered along the shores of Turkey under cover of darkness, or making the dangerous journey through the Sahara Desert, and the burning of the Jungle refugee camp. Like the film, the artist’s book bears witness to chapters in recent world events – mediated through weapons camera technology – while also shedding light on the ethical, technological, logistical and aesthetic issues involved in creating this major new work.