Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
LE PIEGE, TRAITE DES FEMMES AU NEPAL
photographies : LIZZIE SADIN
Femmes
SKIRA EDITIONS
2017


Dans le cadre du festival Visa pour l’Image 2017 à Perpignan, la Fondation Carmignac a révélé l’identité de la lauréate du 8e Prix Carmignac du photojournalisme : la française Lizzie Sadin pour son projet sur l’esclavage des femmes et des filles au Népal.

Suite à l’appel à candidature lancé en juillet 2016, le jury, présidé par Monique Villa, a choisi de donner la voix aux femmes népalaises en sélectionnant le projet de Lizzie Sadin. Après 4 mois de reportage sur le terrain, de février à mai 2017, la photojournaliste a ramené un témoignage bouleversant sur un trafic humain basé sur le genre, et intégré dans la société népalaise.

Une exposition lui sera consacrée à l’Hôtel de l’Industrie à Paris à partir du 20 octobre 2017 ainsi que l’édition d’un ouvrage monographique.

Après le tremblement de terre dévastateur qui a tué 9 000 personnes et déplacé 650 000 autres en 2015, le quotidien de nombreux népalais a été bouleversé. Le chômage et cette extrême précarité attirent tous les jours de plus en plus de trafiquants qui se rabattent sur les femmes, particulièrement fragilisées.

Pour Lizzie Sadin, ce trafic basé sur la vente et la prostitution forcée des femmes et des filles par des « amis» ou même des membres de la famille, n’est pas seulement économique, il est culturel. Il touche le droit des femmes : le droit à recevoir une éducation adéquate, le droit de choisir son destin, le droit de vivre sans la peur de violences physiques ou psychologiques par son propre conjoint, le droit de ne pas être vendues ... C’est tout un système de croyances qui doit être renversé, celui qui, au Népal, définit les femmes comme inférieures aux hommes.


 

 

As part of the "Visa pour l'image" festival, the Carmignac Foundation revealed the identity of the winner of the 8th "Prix Carmignac du photojournalisme": The French photographer Lizzie Sadin for her work on women and girls slavery in Nepal.


After the call for application, launched on July 2016, the jury, presided by Monique Villa, decided to shed the light on Nepali women by selecting Lizzie Sadin's project. After a four month report on the spot, from February to May 2017, the photojournalist brought an overwhelming testimony about human trafficking based on gender, integrated in the Nepalese society.


An exhibition will be dedicated to her work at the Hôtel de l'industrie in Paris from October 20th 2017, along with an edition of a monographic book.


After the devastating earthquake, which killed 9000 people and displaced 650 000 people in 2015, the daily lives of numerous Nepali have been shattered.


Unemployment, along with an extreme precariousness brings more and more traffickers who focus on women who are particularly weakened.


To Lizzie Sadin, this trafficking, based on selling and forcing women and girls to prostitute themselves, led by "friends" or even family members, is not only economic, it is cultural.


It violates women's rights: the right to receive an appropriate education, the right to choose one's own destiny, the right to live without the fear of being physically or psychologically abused by their own spouses, the right not to be sold... It is a whole system of beliefs that must be shattered, the system which, in Nepal, defines women as inferior to men.