Sophot.com
Tout sur Sophot Photographes Projets Actualités Enseignement galeries
  Actualités
Dossier de Presse
PERSAN-BEAUMONT
photographies : Denis DAILLEUX
Société
LE BEC EN L'AIR
2018


Réalisée par Denis Dailleux à partir de 1987, cette série de portraits en noir et blanc, publiée ici pour la première fois, commence par une rencontre dans le train :
« C’est en rentrant de mon village où, durant l’été, j’avais photographié les habitants et ma grand-tante Juliette que j’ai fait la connaissance dans le train Corail des garçons de la cité « Le Village » de Persan. Ils étaient une dizaine et avaient passé quelques jours de vacances aux Sables-d’Olonne. Ils déambulaient de wagon en wagon avec un radiocassette qui diffusait du rap sans que personne ne les interpelle. Je leur ai montré les images de Juliette et je me souviens qu’en les voyant ils ont dit « Classe ! ». Et c’est à ce moment précis que je leur ai demandé s’ils étaient d’accord pour que j’aille les rencontrer dans leur cité. C’est Coco qui m’a donné son numéro de téléphone. À cette époque on parlait très peu des problèmes de banlieue mais ce n’est pas sans une petite appréhension qu’au début de l’automne 1987 je me suis enfin décidé à appeler Coco. Il m’a donné rendez-vous le dimanche suivant à la gare de Persan-Beaumont. Bientôt, j’ ai su que je tenais quelque chose. Comme une révélation photographique qu’autorisait le lâcher prise des enfants face à mon objectif. »
 
L’immersion de Denis Dailleux à Persan, commune du Val d’Oise, va durer cinq ans. Les longues séances de poses qu’il mène avec les jeunes du quartier ne seraient sans doute plus possibles aujourd’hui sur ce territoire où la situation était déjà tendue.
 
Ainsi, la puissance intemporelle des photographies de Denis Dailleux, alliée au texte engagé d’Abdellah Taïa avec qui il est retourné à Persan-Beaumont trente ans plus tard, font de ce livre une parution importante sur le sujet sensible des banlieues.

 

 
Made by Denis Dailleux from 1987 onwards, this series of black and white portraits - now published for the first time - started with an encounter on the train:
"That's when returning from my village where, during the summer, I had photographed the inhabitants and my great aunt Juliette, that I met boys from "The Village", the housing estate of Persan. There was about ten of them, coming back from a few days of holidays at the Sables-d'Olonne. They meandered from one wagon to the other with a radio cassette player broadcasting rap music with no one calling them out. I showed them some images of Juliette and I remember that when they saw them they said 'classy!'. It's at that very moment that I asked them if they were okay with me meeting them in their housing estate. Coco was the one to give me his phone number. At the time, no one really talked about the issues in the projects, but I did feel a little worried when, at the beginning of Fall 1987, I finally decided to call Coco. He asked me to meet the following Sunday at the Persan-Beaumont train station. Soon, I realized that I was onto something. Like a photographic revelation that came with the children letting go in front of my camera."
 
Denis Dailleux's immersion in Persan, a munnicipality in Val d'Oise (France), lasted five years. The long posing sessions with the neighborhood's youngsters would surely not be possible today on that territory where the situation is already tensed.
 
Thus, the intemporal power of Denis Dailleux's photographs, combined with Abdellah Taïa's engaged text - with whom he returned to Persan-Beaumont 30 years later - make this book an important publication on the delicate topic that is the suburbs.